Les maladies liées à l’éjaculation : cas de l’anéjaculation

L’éjaculation est l’expulsion de sperme à travers le méat urétral suite à la stimulation du pénis et à l’ouverture sphincter de l’urètre. Mais il arrive que cette action physiologique souffre des troubles liés à l’émission. Ces troubles se manifestent soit par une précocité à éjaculer ou soit par une impossibilité à éjaculer. Notre étude portera sur le dernier cas.

Causes d’anéjaculation

L’anéjaculation est l’incapacité d’un homme à expulser de sperme en dépit d’une érection normale et d’une excitation adéquate. Elle peut être primaire (se manifeste déjà en début de la sexualité) ou secondaire (intervient après une période donnée de pratiques sexuelles). On peut donc confirmer que l’anéjaculation n’est pas un probleme erection. Il existe trois formes principales d’anéjaculation : l’éjaculation rétrograde ; l’anéjaculation orgasmique et l’anéjaculation sans orgasme. L’anéjaculation peut être d’origine psychologique ou du dysfonctionnement des organes. Les causes psychologiques sont l’anxiété, le stress, les situations conflictuelles dans le couple, etc. Quant aux causes d’ordre organique, elles peuvent résulter d’une chirurgie de la prostate, d’un cancer (de vessie, des testicules…), d’un hypogonadisme, des problèmes neurologiques…

Diagnostic et traitement de l’anéjaculation

Dans le cadre du diagnostic, tout part d’une consultation ou cours de laquelle le médecin traitant cherche à s’informer sur les antécédents du patient tels que les chirurgies effectuées, un accident survenu, certaines maladies, la prise d’un produit… S’en suit après des analyses cliniques comme un examen sur les organes génitaux, sur le fonctionnement des nerfs, des hormones… Suite à ces examens, lorsque l’anéjaculation est diagnostiquée, un traitement est préconisé. Les cas où la maladie est d’origine organique, deux traitements peuvent être préconisés : le traitement à base de testostérone ou une intervention chirurgicale. Lorsque l’anéjaculation est d’ordre psychologique, une sexothérapie est conseillée. Il est recommandé avant une intervention chirurgicale de procéder à la conservation du sperme pour préserver la fertilité du patient en cas d’échec de l’opération.